Les sites du groupe Info6TM

10 conseils pour réussir à l’ultra-léger

Pêcher la perche, le chevesne, ou en mer les petits poissons de roche, avec un matériel utilisé habituellement pour traquer la truite aux leurres, c’est se garantir déjà de belles sensations. Cette approche, typique en été, ludique et accessible à tous, repose toutefois sur quelques bases qu’il est indispensable de connaître pour bien débuter. En voici dix.

1 Trouver la bonne canne

Pour propulser et animer des leurres qui ne pèsent en règle générale pas plus de 5g, il ne faut pas se tromper dans le choix de la canne. L’idéal, c’est une canne spinning de 2,10 m, avec une plage de puissance située entre 0,5 et 7 g. Un modèle un peu plus court conviendra au pêcheur embarqué tandis que le pêcheur qui évolue essentiellement du bord pourra opter pour une canne un peu plus longue. On choisit une action rapide pour propulser et animer efficacement la plupart des leurres. Le pêcheur qui aime gratter aux leurres souples privilégiera une action de pointe. Pour les poissons-nageurs ou même la cuiller, on préférera une action plus souple.

2 Adapter le moulinet

Pour équilibrer l’ensemble, on équipe la canne d’un moulinet spinning de taille 2000 maximum et possédant une récupération de plus de 60cm/tmv. Certains pêcheurs au leurre souple préféreront un modèle de taille 2500 pour bénéficier d’une récupération plus importante et ainsi conserver facilement le contrôle de la bannière lors des animations. Choisissez surtout un modèle léger ne pesant pas plus de 200g, avec un frein de 2 à 3kg, amplement suffisant. La contenance de la bobine n’est pas un critère vraiment déterminant car les pêches ultra-light se pratiquent le plus souvent à courte distance.

3 Bien choisir sa ligne

Se pose toujours la question de la tresse ou du nylon. Il est vrai que pour pêcher des poissons de tailles modestes, aux bouches souvent fragiles, l’élasticité du nylon offre plus de souplesse et génère moins de décrochages. Un diamètre de 16 à 22/100, en fonction des espèces visées, convient parfaitement. Mais on peut aussi garnir complètement sa bobine de moulinet de fluorocarbone tout aussi élastique et un peu plus résistant à l’abrasion que le nylon. Les tresses ont aussi beaucoup évolué et on peut trouver désormais des huit brins totalement rondes et souples. Dans des diamètres très faibles, de 4 à 8/100, elles conviennent parfaitement aux aficionados de la pêche à gratter aux leurres souples.

4 Penser au bas de ligne

Les utilisateurs de fluorocarbone et de nylon peuvent raccorder directement le leurre à leur corps de ligne par l’intermédiaire d’un nœud Palomar ou d’un nœud de cuiller. L’utilisation d’une agrafe n’est pas conseillée, pour des raisons de discrétion évidentes, mais aussi parce que cela perturbe la nage des plus petits leurres. Les utilisateurs de tresse devront en revanche ajouter un bas de ligne en fluorocarbone de 16 à 22/100, assez long (2m minimum). Ils retrouveront ainsi un peu d’élasticité dans leur ligne et ils pourront de toute façon le recouper à de multiples reprises en changeant de leurre, sans avoir ainsi à le refaire intégralement.

5 Sélectionner ses leurres

Les pêcheurs en bord de mer qui pratiquent le rockfishing, autrement dit la pêche des petits poissons de roche, utilisent majoritairement des micro-leurres souples de type shad, finesse ou créatures montés sur têtes plombées. En eau douce, en milieu urbain, on utilise ces mêmes types de leurres souples, mais on ajoutera à sa sélection quelques lames vibrantes et jigs métalliques, et même quelques crankbaits pour traquer les perches embusquées dans les structures. Enfin, en milieu sauvage, et notamment sur les petites rivières courantes, on peut compléter cette sélection avec quelques cuillers et poissons-nageurs de type minnow pour peigner les courants, mais aussi et surtout des leurres de surface, de type insecte, popper ou stickbait, pour tenter de séduire à vue les gros chevesnes abrités sous les frondaisons.

6 Identifier les postes

Tout comme le choix des espèces visées, celui des postes est varié. Le pêcheur en mer partira des ports, pêchant le long des longues digues et sous les coques des bateaux pour rejoindre ensuite les récifs côtiers sur les côtes plus sauvages et gratter au cœur des trous. En milieu urbain, on pêchera un peu de la même façon toutes les structures humaines où les perches aiment s’embusquer –quais, digues, piles de ponts, etc.– tandis qu’en milieu sauvage, mieux vaut pister plutôt les chevesnes et les perches sous l’ombre des frondaisons ou au cœur des courants où tout ce beau monde profite à plein de la fraîcheur des eaux vives.

7 Cibler les bons moments

L’ultra-light se pratique essentiellement à la belle saison, de mi-juin à fin septembre, car c’est à ce moment que les petits prédateurs sont actifs une grande partie de la journée. Mais le début de l’automne est également une très bonne période pour pêcher un peu plus creux, dans les premiers rassemblements de percidés. En été, les eaux sont chaudes et claires, toutes les espèces sont réceptives. Elles évoluent dans les couches d’eau superficielles, rendant ainsi possibles les pêches à vue et les pêches de surface. On choisira plutôt les journées ensoleillées pour les pêches à vue, en évitant les journées de grand vent pendant lesquelles la visibilité est toujours médiocre. Il est en outre quasiment impossible de lancer, animer et détecter les touches correctement. Les extrémités du jour sont souvent l’occasion d’un regain d’activité dont il faut également savoir bien profiter.

8 Limiter les accessoires

Le pêcheur du bord s’équipe d’un gilet ou d’une sacoche en bandoulière pour ranger ses boîtes de leurres, ses bobines de fluorocarbone, une pince et une paire de ciseaux. Il ne devra surtout pas oublier de s’équiper d’une paire de lunettes polarisantes pour pouvoir profiter d’une meilleure vision et faciliter ses approches à vue. Une épuisette est toujours pratique pour recueillir et manipuler une prise sans la blesser. On choisira plutôt un modèle de type raquette, équipée d’un filet en maille résine et munie d’une petite attache aimantée pour la transporter et la saisir en un seul geste en cas de besoin. Une paire de waders pourra être utile qui permet de s’aventurer dans l’eau quand c’est possible pour atteindre les meilleurs postes ainsi que le meilleur angle pour les aborder. Il est inutile de s’encombrer plus.

9 Bien soigner son approche

La plupart des petits prédateurs adoptent un comportement grégaire et celui qui ne soigne pas son approche peut être repéré et faire fuir le banc. C’est d’autant plus sensible si les poissons évoluent juste sous la surface et peuvent vous repérer rapidement. Prenez le temps d’observer un poste à distance avec vos polarisantes. Puis, approchez à pas de loup en prenant garde que votre ombre ne porte pas sur l’eau. Enfin, pensez à bien vous éloigner de quelques mètres avant de remettre vos prises à l’eau, notamment avec les perches, pour éviter qu’elles ne retournent paniquées dans leur banc et le fassent fuir.

10 Rester très mobile

En été, les poissons sont très mobiles. Les bancs se déplacent et même si certains postes marqués rapportent du poisson, le passage de vos leurres provoque un raffut qui attire certains et décale les autres. Après quelques prises, il vaut mieux ne pas s’attarder et ne pas hésiter à faire des sauts de puce de poste en poste, vous aurez ainsi plus de chance d’intercepter des poissons actifs. Rien n’empêche de revenir par la suite sur les postes que vous aurez laissés reposer. Les prédateurs auront sans aucun doute reformé leurs groupes au même endroit ou à proximité.

Cet article a été rédigé dans la foulée du tournage du premier épisode de #JPCV. Visionnez la vidéo, pour comprendre les avantages de la pêche à l'ultra-léger !

 

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Tutos

Magazine n°914 - juillet 2021

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15