Les sites du groupe Info6TM

Ouverture truite 2023 : parés pour le jour J

Crédit photo Morgan Calu

L’ouverture de la pêche est un vrai événement pour les pêcheurs de truites. Cette période de l’année rime bien sûr avec la possibilité d’en découdre avec nos mouchetées sur les jolies rivières qu’elles fréquentent, mais aussi avec le début du printemps et des beaux jours qui reviennent. Pour profiter pleinement de l’ouverture et du début de saison, il est idéal de bien préparer et d’ajuster son matériel pour qu’il puisse repartir. Profitons de l’hiver et abordons les points importants à traiter pour être parés le jour J !

La saison de la truite en rivière est terminée depuis la fin de l’automne dernier et un grand rangement s’impose. Si, en cours de saison, on a des automatismes et on sait où se trouve (à peu près) tel ou tel leurre, c’est souvent beaucoup moins vrai après six mois sans manipuler ses boîtes. Si vous êtes comme moi, vous avez sûrement des leurres stockés n’importe où. Les leurres souples côtoient les ondulantes, les tournantes et les poissons nageurs dans des boîtes trop exiguës et on ne s’y retrouve plus vraiment. Pas d’échappatoire, il faut tout sortir, tout trier et surtout vérifier si tout ce petit monde est en état pour une nouvelle saison. On fait alors le tri entre les leurres « en état de marche » et ceux qui ont besoin d’une remise à neuf. On peut aussi dresser rapidement une liste de ses besoins : le petit matériel bien sûr (hameçons, émerillons, pinces, aimants, boîtes) qui nous facilite la vie au bord de l’eau, leurres, cannes, moulinets, épuisette pour la saison prochaine.

Changement des hameçons sur ce poisson-nageur.
Crédit photo : Morgan Calu

Gérer les nouveautés

Beaucoup se feront aussi plaisir en achetant la dernière perle ou en s’offrant quelques leurres plaisir qui ont apparemment cartonné en 2022. Les catalogues des marques et des distributeurs regorgent de nouveautés. Grâce aux réseaux sociaux et à Internet, il est très facile de dégotter ces produits convoités. Pour ma part, cette année tout particulièrement en raison du contexte de pandémie, j’effectuerai ces achats (que je fais quasiment toutes les saisons) sur des sites Internet français et je garderai aussi une cagnotte à dépenser dans mon magasin local. Plus que jamais, il est important je pense, à notre échelle, de privilégier les boutiques en France et en Europe plutôt que des usines et des sites de vente bas de gamme en Chine. Il est aussi bien sûr conseillé de vendre le matériel dont on a plus besoin durant cette période où tous les passionnés ne sont pas encore au bord de l’eau.

Les sacoches sont vides et méritent alors un petit lavage.
Crédit photo : Morgan Calu

Prévoir le bon entretien

Une fois le matériel à peu près trié, je procède à une remise à neuf. Je change les hameçons quasiment systématiquement par des assit hook. Je nettoie les boîtes, les cannes et les moulinets. Je vérifie que ces derniers tournent bien. Je fais un nettoyage de l’extérieur et je remets un léger coup de graisse et d’huile. On pourra aussi les envoyer à l’entretien dans une boutique ou chez les quelques « artisans » spécialisés dans l’entretien et la customisation de moulinets.

Un moulinet à envoyer en réparation…
Crédit photo : Morgan Calu

Le fil des moulinets doit être vérifié attentivement et changé si besoin. On pourra aussi changer le sens du fil pour réutiliser le fond de la bobine peu sollicité. C’est un point très important pour la future saison. Les cannes aussi nécessitent un lavage. Un chiffon et de l’eau chaude suffisent généralement. Les poignées en liège peuvent avoir besoin d’un léger soin. Le liège étant une matière naturelle, l’application d’une huile peut renforcer ce matériau. Les anneaux et les ligatures sont débarrassés des poussières, petites algues filandreuses ou pollen qui se logent entre l’anneau et le blank. On en profite pour vérifier que le verni, le blank et les anneaux sont en bon état. Je vide entièrement et nettoie mes sacoches. Je passe un coup d’aspirateur pour enlever les poussières et les feuilles. J’enlève au préalable les pelotes de fils et autres petits déchets accumulés durant mes pêches et que je n’ai évidemment pas jeté dans la nature ! Je mets le tout dans le lave-linge à froid ou à 40°C. J’enlève avant les aimants, mousquetons et différents boutons de service et le tour est joué.

Quelques déchets accumulés dans la sacoche à ne surtout pas laisser dans la nature.
Crédit photo : Morgan Calu

Les leurres aussi, notamment les leurres métalliques, ont souvent besoin d’un coup de jeune. Pour le nettoyage des cuillères (palettes de cuillères tournantes ou micro spinnerbait, cuillères ondulantes), il y a plusieurs manières de procéder. Pour les cuillères ternies et piquées, on pourra utiliser un chiffon doux en tissu, une brosse à dents pour frotter et utiliser divers produits : du vinaigre blanc, du citron, du cola, de l’alcool ménager, ou bien encore du Mirror pour les casseroles… Tout est bon. Le vinaigre blanc et le chiffon marchent très bien en ce qui me concerne et c’est écologique. Pour les traces de rouille dans les boîtes, qui peuvent apparaître notamment quand les hameçons sont rangés encore humides ou que de l’eau est rentrée dans votre contenant suite à une pluie ou une chute dans l’eau, j’ai déjà utilisé de l’eau citronnée chaude mélangée à du sel. J’ai frotté et laissé reposer dans la boîte pendant une heure. On rince ensuite avec de l’eau savonneuse ou du liquide vaisselle. 90% des traces de rouille, même incrustées, sont parties. On laisse ensuite bien sécher avant de remettre des leurres dedans.

Une boîte pleine à craquer. On ne s’y retrouve plus.
Crédit photo : Morgan Calu

Ouverture le 11 mars

Une fois tout le matériel prêt pour une nouvelle saison d’aventures halieutiques, il faut préparer plus spécifiquement le jour de l’ouverture, soit le 11 mars en France. On prendra soin de regarder la météo, Vigicrues et de recueillir des bonnes infos. On sélectionnera judicieusement les lieux de pêche et en fonction de leur physionomie et des poissons en présence, on adaptera spécifiquement son matériel. Pour ma part, je me fais une « check-list » histoire d’en oublier le moins possible. Les leurres, les combos cannes et moulinets, les lunettes, les pinces, le fil, les têtes plombées, les épuisettes, les vêtements chauds et de rechange, un pique-nique, une gourde, une casquette ou une visière, une toise. Il faut penser à beaucoup de choses. Et si on oublie quoi que ce soit, le plaisir peut-être facilement gâché. Pensez enfin à votre permis de pêche et n’attendez pas le dernier moment pour vous le procurer.

Une ouverture bien préparée avec du matériel entretenu est gage d’une sortie réussie.
Crédit photo : Morgan Calu

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Techniques

Magazine n°121 - Janvier-Février 2021

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15