Les sites du groupe Info6TM

Les leurres de l’été (2) : spinnerbait et chatterbait

Ces deux leurres n’arrêtent pas de faire un véritable tabac auprès de nombreux pêcheurs. Le spinnerbait est à mes yeux le plus polyvalent des deux. C’est celui que je vais utiliser le plus lors de mes parties de pêche ou de mes guidages. Mais le chatterbait a lui aussi plus d’un tour dans son sac.

Les leurres métalliques ont longtemps été délaissés car jugés un peu ringards. Mais sous leurs formes modernes que sont le spinnerbait et le chatterbait, ils sont revenus en force sur le devant de la scène. De là à ressortir les bonnes vieilles tournantes ou les ondulantes, certains pêcheurs avisés ont déjà franchi le pas.

Le spinnerbait est un leurre 4x4 à mettre entre toutes les mains.
Crédit photo : Vincent de Bruyne

Une forte attirance pour le spinnerbait

J’aime son côté 4x4 qui passe partout sans s’accrocher, que ce soit en rivière ou en plan d’eau. De plus, le brochet est un poisson sensible à la palette, il ne reste donc vraiment pas indifférent à ce leurre. Mais revenons à cet aspect 4x4. Le spinnerbait, du fait de sa conception, joue le rôle de déflecteur lorsqu’il rencontre les obstacles. La condition est de ne pas laisser de mou lorsque l’on tape la branche par exemple, sinon il se met sur le côté et s’accroche. Il faut donc ramener en linéaire, taper l’obstacle sans ralentir, puis continuer sa récupération de manière linéaire ou le laisser planer juste après sa rencontre avec l’obstacle. Cette dernière méthode permet souvent de déclencher l’attaque d’un poisson suiveur, juste avant que le leurre ne sorte de la zone encombrée et ne lui échappe. Le spinnerbait est aussi à l’aise dans les herbiers. On pourra pêcher en linéaire au-dessus de ces derniers, ou au milieu des trouées d’herbiers, en le laissant descendre à l’intérieur des trous. Cette technique s’appelle pêcher en « free falling » et donne de très bons résultats dans les milieux fort encombrés. Le spinnerbait est aussi un très bon leurre de pleine eau. Il permet de pêcher vite et de couvrir beaucoup de terrain. Cette technique dite de « power fishing » permet de cibler les poissons actifs. On peut jouer sur la forme des palettes en fonction de ce que l’on recherche : palette feuille de saule pour les pêches rapides en milieu dégagé et palette colorado (ronde) pour les pêches plus lentes lorsque l’on veut que son leurre avance lentement au milieu de zones encombrées : herbiers denses, bois morts en pleine eau… Il émet ainsi de plus fortes vibrations qui vont chercher les carnassiers en profondeur dans leur cache et les incite à sortir. De plus, la récupération plus lente dans cette zone encombrée laisse au brochet le temps de cibler son attaque plus facilement. On associe le spinner aux journées venteuses. Effectivement, c’est une vérité mais attention, il marche toute l’année, même sans vent. Pour ma part, j’aime l’utiliser dès la fin du printemps, tout l’été et au début de l’automne. En lac et en étang, il excelle pour les pêches d’herbiers et de bois morts, alors qu’en rivière, on en tire le maximum de bénéfice pour pêcher les zones de courant et les « culs » d’herbiers. Il n’a pas son pareil pour déloger un brochet posté en fin de courant, derrière son herbier pendant la saison estivale.

Pour prospecter la pleine eau ou les abords des nénuphars, le spinnerbait répond toujours présent.
Crédit photo : Vincent de Bruyne

Le chatterbait et son effet planant

J’utilise aussi le chatterbait dans ce genre de conditions en rivière, mais dans ce cas pour accentuer le côté planant du leurre, en quelque sorte l’arrivée « naturelle » du leurre sur le spot et la possibilité ainsi de rester plus longtemps dans la zone de touche. Une autre utilisation du chatterbait, qui le place alors bien au-dessus du spinnerbait en matière d’efficacité, c’est lorsque les brochets sont focalisés sur les écrevisses à la fin du printemps et l’été. Ramené en linéaire ou entrecoupé de pauses sur le fond, il n’a pas son pareil pour déclencher la touche. D’ailleurs, cette dernière sera souvent lourde, au moment où l’on décolle le leurre du fond. Le chatterbait reste un leurre aux vibrations plus agressives que le spinnerbait, il faudra veiller à ne pas l’animer trop sec, sous peine de produire l’effet inverse à celui recherché : c’est-à-dire ne pas produire de touches, voire à faire fuir le poisson en raison de vibrations trop fortes. Je dis souvent que la bonne vitesse de récupération, c’est lorsque l’on sent vibrer la palette dès que l’on mouline. Pas plus, pas moins. Vous l’aurez compris, ma préférence va principalement vers le spinnerbait dans la plupart des situations. En complément, je n’oublie cependant pas le chatter, vraiment indispensable en certaines occasions.

Le chatterbait est monstrueux lorsque les brochets sont sur les écrevisses.
Crédit photo : Vincent de Bruyne

Les leurres de l'été

Cet article fait partie d'un dossier sur la complémentarité des leurres de l'été, publié dans le n°124 de Brochet Sandre Magazine. Retrouvez les différents articles de dossier :
1 Texas et rubber jig
2 Spinnerbait et chatterbait
3 Jerkminnow et stickbait
4 Le shad, en texan à palette, ou tête plombée
5 Jerk à bille, jerk no rattle et sliders

 

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Brochets, Sandres, Perches

Magazine n°124 - Juillet-Août-Septembre 2021

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15