Les sites du groupe Info6TM

Les leurres de l’été (4) : le shad, en texan à palette, ou tête plombée

L’été est une saison paradoxale pour la pêche des carnassiers ! Les eaux chaudes poussent au maximum l’activité des poissons mais les grosses chaleurs calent les poissons en réduisant le taux d’oxygène dissous. Il en résulte des pics d’activité aux moments les plus « frais » de la journée, c’est-à-dire l’aurore et tôt le matin en général, ainsi que la tombée de la nuit, lorsque la chaleur se fait moins forte et que le delta des températures entre deux instants T est le plus important. Mais heureusement, il est possible de « toucher » une bonne partie de la journée en pêchant les bonnes zones.

Les poissons se tiennent beaucoup sur les hauts-fonds, à proximité des herbiers divers où s’ébattent joyeusement tous les poissons blancs. S’il fait vraiment chaud, c’est à l’ombre, sous les frondaisons que stationnent nos prédateurs. Dans les deux cas, il faut adapter les leurres afin de passer dans ces zones encombrées.

Le shad est bien entendu le leurre souple de référence.
Crédit photo : Arnaud Brière

Le texan s’impose dans de nombreuses situations

Dans le cas d’un bon vieux shad de 10-12 cm, il existe différentes façons de le monter et de s’en servir. À cette saison, la suprématie va au montage texan, souvent agrémenté d’une palette. Ce montage hyperversatile permet de tout faire dans les zones de « shallow » ou en bordure. Tout d’abord, le poids d’un gros hameçon texan plombe le shad sur toute la longueur, ou presque, et autorise les récupérations en cranking en pleine eau au-dessus des herbiers. Il peut même accentuer le rolling du leurre. La vitesse de récupération dépend du plombage qui est positionné sur la hampe et du leurre souple en lui-même qui « tire » plus ou moins. Un leurre qui a peu de prise dans l’eau coulera plus facilement qu’un autre, doté d’une plus grosse caudale par exemple. L’adjonction d’une palette ventrale augmentera les signaux. À cette période, ce n’est pas toujours la panacée… Sur les zones à grosse pression de pêche ou face à des poissons vraiment méfiants, la palette peut devenir un signal inhibiteur, car les éclats renvoyés peuvent être un peu trop puissants. Je trouve qu’en plein été, les palettes sont vraiment efficaces lorsqu’il ne fait pas beau ou que le vent ride la surface. Dans le même registre, les teintes devront être discrètes. Les coloris transparents pailletés et autres imitations naturelles auront bien plus de succès que les leurres aux couleurs trop marquées. L’usage de l’hameçon texan ne s’arrête pas aux shads et de nombreux autres leurres souples peuvent lui être associés. Je pense aux imitations de grenouille par exemple, mais aussi aux slugs ou aux écrevisses. Ce montage qui passe bien au-dessus des herbiers tout près de la surface peut aussi être utilisé plus profondément, sous les nénuphars ou dans des zones de roseaux par exemple. Ils s’y accrochent peu, et rien ne vous empêche de le laisser tomber dans une trouée, ou de le laisser franchement descendre pour « gratter un bois mort » ou n’importe quel type de zone encombrée. Au cœur de la journée, quand le soleil tape fort et que tout semble être à l’arrêt, la vie continue à l’ombre, sous les frondaisons. Votre montage pourra alors être lancé par ricochets dans ces zones, en utilisant la fameuse technique du skipping.

La grenouille est un leurre souple parfait pour le texas à palette.
Crédit photo : Arnaud Brière

Deux conseils

Si vous souhaitez vous essayer à cette approche cet été, je vous donne deux astuces : la première consiste à « sur-armer » légèrement son leurre. J’entends par là qu’il ne faut pas hésiter à choisir un hameçon légèrement surdimensionné afin de faciliter le ferrage. En effet, plus la pointe se dégagera du corps du leurre souple et plus vous aurez de chance de piquer votre poisson correctement. Dans le même esprit, choisissez des cannes ayant une grosse réserve de puissance au ferrage. La pointe peut être light, mais il faut de la puissance dans le blank. Pour cela, portez votre dévolu sur les modèles ayant une bonne conicité – un blank trop droit et fin ne peut pas avoir beaucoup de puissance dans le talon !

Dès que la profondeur est importante, le recours à la tête plombée est indispensable.
Crédit photo : Arnaud Brière

Les têtes plombées, stars des pêches profondes

Dans les zones de courant en rivière par exemple, les têtes plombées aident votre shad à descendre plus sûrement et à garder le contrôle du leurre vers l’aval. Lorsque les grandes chaleurs rendent les poissons apathiques, les prédateurs recherchent alors la fraîcheur, gage d’une eau mieux oxygénée en profondeur. La tête plombée sera alors tout indiquée pour aller « gratter » ces zones. J’ai remarqué qu’elles pouvaient également être très efficaces sur les secteurs peu profonds type plateau de potamots. Sur ces zones, les beaux poissons qui y stationnent ont l’habitude de voir passer de gros leurres durs ou souples, qui leur sont destinés. Les beaux sujets ont tendance à s’en méfier et les évitent. Ceci est d’autant plus vrai que les conditions sont chaudes et calmes. Les poissons sont alors en possession de tous leurs moyens et « bloquent » facilement sur un détail qui cloche. Quand le détail fait 150 g, c’est problématique… C’est le genre de moments durant lesquels on se dit que la pêche est dure et j’aime alors modifier complètement mon approche. Je change de combo et je remplace ma canne casting par un ensemble spinning plus light sur lequel je monte une tête plombée comprise entre 7 et 14 g et un petit shad de 10 cm. Le moulinet à tambour fixe procure une plus grande vitesse de récupération, et le grammage élevé des têtes plombées donne plus de vivacité au leurre. On peut s’amuser à passer entre les différents herbiers mais j’aime bien jigger (en lancer-ramener) ce montage assez vite. Contact avec le fond et brusque tirée à travers la couche d’eau, façon leurre de réaction. Dans des eaux peu profondes, cette animation peut surprendre, mais elle est très efficace.

La prospection en pleine eau, à la recherche de la thermocline implique l’usage d’une tête plombée
Crédit photo : Arnaud Brière

Les leurres de l'été

Cet article fait partie d'un dossier sur la complémentarité des leurres de l'été, publié dans le n°124 de Brochet Sandre Magazine. Retrouvez les différents articles de dossier :
1 Texas et rubber jig
2 Spinnerbait et chatterbait
3 Jerkminnow et stickbait
4 Le shad, en texan à palette, ou tête plombée
5 Jerk à bille, jerk no rattle et sliders

 

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Brochets, Sandres, Perches

Magazine n°124 - Juillet-Août-Septembre 2021

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15