Les sites du groupe Info6TM

La magie des roselières

Pour la troisième fois cette semaine, je suis en route vers ma destination favorite pour préparer mon coup et amorcer. Le premier jour, j’ai utilisé mon échosondeur pour repérer les spots potentiels et y placer des repères, puis, par la suite, j’ai utilisé environ un kilo de bouillettes dispersées sur un grand haut-fond au milieu de ce lac d’environ 40 hectares, situé dans un environnement naturel et préservé. Le genre de destination que j’adore ! J’ai remarqué par le passé que
cette zone est productive, particulièrement au printemps.

NOUS SOMMES VENDREDI, et après le travail il est temps de partir à l’attaque. Les conditions sont parfaites : il y a un peu de vent et les températures ont légèrement augmenté, de quoi espérer un beau week-end de pêche printanier, et vérifier si mes efforts auront été payants. Je place deux montages sur la zone préamorcée. La profondeur au sommet du haut-fond est d’environ 1,5 mètre, et tombe ensuite jusqu’à 3 mètres. Ma troisième canne « joker » pêchera en dehors de la zone d’amorçage, devant une roselière qui fait environ 20 mètres de longueur. J’aime pêcher ce type de zone, qui m’a rapporté un grand nombre de beaux poissons. J’y dépose en bateau une esche de petite taille.

Lorsque je peux, je préfère en effet utiliser une embarcation pour que mes montages soient idéalement placés et parfaitement présentés, sans aucun risque d’être emmêlés. Après deux heures, tout est en place et je me pose sur mon level chair pour préparer mon premier café de la session. L’eau n’a même pas le temps de bouillir que mon son préféré se fait déjà entendre : le détecteur de la canne placée devant les roseaux hurle à tue-tête ! Incroyable ! C’est un départ rapide et violent, je saute rapidement dans le bateau pour aller combattre efficacement ce premier poisson du week-end. J’arrive rapidement à l’amener en pleine eau, et j’épuise une jolie commune qui a apprécié ma bouillette de 15 mm associée à un dumbell boosté. La canne joker de la roselière a fait le job, et ça n’a pas traîné ! Il est vrai que les roseaux sont des zones très appréciées des carpes, qui y trouvent nourriture en abondance et protection. Le fait de se sentir en sécurité dans une zone d’alimentation les rend probablement plus actives et moins méfiantes. Et plus près vous y placez votre montage, meilleurs sont les résultats !

UN RÊVE QUI DEVIENT RÉALITÉ
Le soleil vient de passer derrière la ligne d’horizon, et le vent tombe complètement, laissant place à une surface parfaitement lisse digne d’un miroir. Des images magiques qui expliquent en grande partie pourquoi j’aime tant cette pêche. Mais je suis rapidement tirée de mes rêveries contemplatives par un nouveau départ, une nouvelle fois sur la même canne !

Le temps de saisir la canne, la carpe a déjà atteint les roseaux. Je maintiens une très faible pression sur la ligne et je monte dans le bateau, ce qui est à mon sens la meilleure technique à adopter lorsque les choses tournent ainsi. Lorsque vous sentez qu’une carpe est « tankée », relâchez la pression, et d’expérience j’ai remarqué qu’ainsi elle ne bouge pas ou très peu.

Une fois arrivée à hauteur de la carpe, je remets de la pression sur la ligne et cela permet très souvent de la faire sortir de l’obstacle, comme c’est le cas maintenant. Il faut garder à l’esprit que les chances qu’une carpe se réfugie dans une roselière sont très importantes lorsque l’on pêche à proximité. Comme je l’ai dit, plus le montage est placé près des roseaux, plus il rapportera de touches. Si l’on peut utiliser un bateau, alors on peut sans problème déposer le montage au ras car on peut ensuite aller combattre à hauteur. En revanche, si vous lancez du bord, il faut conserver une distance de sécurité raisonnable pour pouvoir contrer le poisson avant qu’il ne se ,réfugie dans la roselière, car du bord il est rare de pouvoir les en sortir. En bateau, c’est plus simple, à condition de ne pas mettre de pression sur la ligne avant d’être à hauteur du poisson, pour que le contact soit direct entre la carpe et le scion. Cela évite qu’il ne rentre encore plus dans les roseaux et se décroche.


AIMANTS À CARPE !
Et c’est ce qui se passe avec cette carpe, que j’arrive à amener rapidement en pleine eau, c’est-à-dire en zone sécurisée. Le combat commence alors réellement, et c’est un beau poisson qui termine au fond du filet. À peine deux heures après la première, c’est donc une belle miroir de 18 kg à la forme parfaite, prise sur la même canne joker de la roselière, dans un grand lac où la densité de poisson n’est pas très importante. Que demander de mieux ? Je replace le montage avant d’aller me coucher, en me disant que le bruit occasionné par le précédent combat devrait rende le spot calme pour quelques heures.

En effet, ce n’est qu’au petit matin que se produit un nouveau départ, et devinez que quelle canne ? Sur la canne joker, évidemment ! Pendant ce temps-là, le poste préamorcé durant la semaine semble totalement stérile. Peut-être ai-je mis trop d’appâts ? Ou plus vraisemblablement parce que les roselières sont des spots naturels pour les carpes, d’autant plus au printemps lorsque la période de reproduction n’est plus très loin. Juste après avoir pris ce troisième poisson, je décide de déplacer un des montages du haut-fond pour le mettre en bordure, mais pas directement devant la roselière. Je choisis la proximité d’un gros arbre qui surplombe la berge, un vrai hot spot, à une trentaine de mètres de la roselière.

J’utilise exactement les mêmes esches et le même type d’amorçage. Dans la journée qui suit, je capture deux autres poissons devant les roseaux, et un sur la zone amorcée du haut-fond (enfin !). La nuit suivante, ce sont à nouveau deux poissons pris sur la même canne joker, mais aucune touche sur les deux autres cannes, y compris celle de l’arbre dont le montage est pourtant très proche. Mais les roseaux semblent être de vrais aimants à carpe.

J’ai pu faire le même constat quels que soient le plan d’eau et la période de l’année : les montages placés près des roselières sont toujours les plus productifs. À vous d’adopter la bonne technique, de préférence en utilisant une embarcation, pour pouvoir y pêcher de façon sécurisée pour les poissons. En ce qui me concerne, aucune hésitation : s’il y a une roselière, j’y placerai toujours au moins un montage…

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Magazine n°Média Carpe 161 - mai-juin 2021

Techniques et Stratégies

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15