Les sites du groupe Info6TM

Streamers à brochets : deux montages simples à la loupe

La présentation des principaux outils et matériaux pour monter vos premiers streamers étant faite, il est temps de passer à l’action. À travers ces deux protocoles de montages simples et un zoom sur les gestes techniques qui y sont associés, parions que votre dextérité n’aura bientôt plus de limite.

Votre étau est fixé sur la table, les principaux outils de montage sont soigneusement disposés, à portée de main. Vous êtes probablement « un poil » dubitatif devant tous ces matériaux scintillants, fibres et plumes exotiques dont les coloris laissent à penser que c’est jour de carnaval. Pas de panique ! La phase d’observation passée, vous allez devoir vous familiariser avec chacun d’entre eux, apprendre à les préparer et les disposer sur la hampe de votre hameçon. Tout l’art du montage en somme, qui, un peu comme en cuisine, repose sur une question d’équilibre des proportions. Le principal défaut lorsque l’on débute, c’est de vouloir en faire trop, au risque d’obtenir une imitation disgracieuse car trop fournie. Tours de fil incontrôlés, mauvaise appréciation de la quantité de matériaux, surplus de colle ou de résine, et c’est bientôt vos doigts qui adhéreront à votre montage. Il faut donc apprendre de ses erreurs avant de gagner en dextérité. Concentration, respect des protocoles et un zeste de patience vous ouvriront bientôt les portes de la création, car c’est bien cette dimension qui est passionnante dans le montage d’un streamer, qu’il soit destiné au brochet ou à d’autres prédateurs. Bien débuter, c’est aussi être bien accompagné. En suivant nos conseils et en mettant en pratique, étape par étape, les techniques simples de montage qui suivent, nul doute que vos progrès seront fulgurants et ne manqueront pas de vous surprendre. L’heure est venue de vous jeter à l’eau !

1. Le petit gardon

Proie quasi universelle, une imitation de gardon est toujours prompte à faire craquer un brochet. Voici un protocole de montage on ne peut plus simple. Outre sa silhouette dodue qui fait bouger de l’eau, son action de nage émet des vibrations grâce aux fibres qui, une fois mouillées, jouent sur les effets de transparence et de lumière.

Il vous faut : le traditionnel porte-bobine, du fil de montage fin et solide (type JMC Big fly kevlar, Versus GSP 3D, Semperfli Nano Silk Predator, etc.), une paire de ciseaux, de la colle cyanoacrylate, de la résine époxy ou de la résine et une lampe UV, un feutre indélébile rouge.

Pour le montage ci-dessous, voici les matériaux utilisés

  • Chenille Fritz coloris pearl
  • Craft Fur blanc et noir
  • Flashabou iridescent coloris pearl
  • Yeux holographiques 3D (diamètre 3,5 mm)
  • Hameçon type Aberdeen n° 1

Fixez votre chenille Fritz au-dessus de la courbure de l’hameçon puis enroulez-la jusqu’à 3/4 mm avant l’œillet. Réalisez plusieurs demi-clés pour la bloque
Crédit photo : David Gauduchon
Prélevez une touffe de Craft Fur blanc. Préparez-la en enlevant la bourre à l’aide d’une brosse.
Crédit photo : David Gauduchon
Vérifiez les proportions de votre aile. Veillez à ce qu’elle ne soit pas trop fournie. Il vaut toujours mieux en enlever qu’en rajouter !
Crédit photo : David Gauduchon
Placez votre aile sur la hampe en répartissant les fibres autour. Fixez-les ensuite à l’aide de du fil de montage en veillant à ce que l’aile ne glisse pas. Conseil : faites un premier tour de placement du fil en ne le serrant pas trop puis augmenter la tension au suivant
Crédit photo : David Gauduchon
Rabattez les fibres de tête vers l’arrière puis bloquez-les toujours en répétant 3/4 tours de fil.
Crédit photo : David Gauduchon
Pour le dos, prélevez une petite touffe de Craft Fur noir puis placez-la sur le dessus.
Crédit photo : David Gauduchon
Placez une fibre de Flashabou iridescent perpendiculairement à la hampe. Fixez-la en son milieu
Crédit photo : David Gauduchon
Répétez cette opération avec 2 ou 3 autres fibres. Répartissez-les latéralement puis bloquez l’ensemble à l’aide du fil de montage.
Crédit photo : David Gauduchon
Place aux finitions ! Avec un feutre rouge, figurez la gorge et les ouïes qui opéreront comme un signal « sang » permettant au prédateur d’ajuster son attaque
Crédit photo : David Gauduchon
Poussez l’aspect imitatif en soulignant la queue du gardon…
Crédit photo : David Gauduchon
Ajoutez une touche de réalisme en positionnant des yeux holographiques 3D grâce à leur face adhésive.
Crédit photo : David Gauduchon
Introduisez une goutte de résine UV entre les yeux dessus et dessous en tournant le streamer dans votre étau. Vous pouvez aussi appliquer de l’époxy bi-composant. À l’aide d’une aiguille, répartissez bien la résine tout en veillant à ne pas boucher l’œillet
Crédit photo : David Gauduchon
Faites durcir la résine sous l’action de la lampe UV. Quelques secondes suffisent
Crédit photo : David Gauduchon
Au montage, il convient de projeter l’aspect de votre streamer une fois dans l’eau. Faites-vous une idée en l’immergeant dans un lavabo afin de voir comment il évolue sous l’eau. Une étape de validation qui permet d’apporter quelques modifications ou améliorations au montage ! En action de pêche, le « petit gardon » évoluera par tirées courtes et sèches, en alternance avec des relâchés qui permettront aux fibres de se dégonfler puis de regonfler, apportant ainsi un caractère vivant.
Crédit photo : David Gauduchon

2. La salamandre

Lorsque l’on monte ses streamers, toutes les audaces sont permises à condition de ne pas oublier une dimension essentielle : la qualité de nage. Inspiré du code couleur d’une salamandre, ce modèle sorti tout droit de l‘imaginaire du monteur a pour but de combiner différents matériaux synthétiques et naturels.

Pour le montage ci-dessous, voici les matériaux utilisés ; 

  • Lanière de peau de lapin magnum bicolore 
  • Flashabou Predator holographique noir et or
  • Tinsel irisé perle0
  • Plumes d’autruche
  • Silicone legs
  • Yeux holographiques 3D jaunes 6 mm
  • Hameçon type Aberdeen n° 6/0

Fixez une lanière en lapin jaune et noir
Crédit photo : David Gauduchon
Positionnez les poils vers le bas
Crédit photo : David Gauduchon
Commencez par l’enrouler autour de la hampe, deux tours, en l’étirant bien
Crédit photo : David Gauduchon
Bloquez la lanière à l’aide du fil de montage avant de positionner les pattes en silicone. Solidarisez-les avec 2 ou 3 tours de fil.
Crédit photo : David Gauduchon
Reprenez l’enroulement du lapin. Vérifiez que les poils se positionnent correctement et remontez jusqu’à l’œillet.
Crédit photo : David Gauduchon
Prélevez des fibres de Flashabou Predator holographique noir et or, mélangez-les. Positionnez-les au-dessus du corps sans trop serrer le point d’attache
Crédit photo : David Gauduchon
Solides, les plumes d’autruche et leurs barbules sont très mobiles et apportent une touche esthétique. Sélectionnez une dizaine de fibres jaunes puis fixez-les sur le pourtour du corps comme le Flashabou précédemment
Crédit photo : David Gauduchon
Pacez les yeux au niveau de la ligature de tête.
Crédit photo : David Gauduchon
Renforcez leur adhésion avec de la résine UV bien répartie dessus/dessous
Crédit photo : David Gauduchon
Ce streamer de 20 cm, baptisé salamandre, saura séduire un brochet à l’affût, mais aussi un beau black-bass opportuniste.
Crédit photo : David Gauduchon

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Carnassiers

Magazine n°123 - Mai-Juin 2021

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15