Les sites du groupe Info6TM

LiveScope Plus - Garmin

Lors de nos essais, le bateau était équipé de deux Echomap Ultra 12’’ en réseau, permettant de modifier les réglages et de faire les captures d’écran à la console.

Crédit photo Michel Tarragnat

Le système d’imagerie instantanée Panoptix LiveScope est amélioré avec la nouvelle sonde LVS34, et devient le LiveScope Plus. Meilleure résolution et diminution du bruit de fond permettent d’améliorer la portée en poussant la sensibilité.

Ce nouveau système Panoptix LiveScope consiste en une amélioration de la sonde. Le calculateur (black box GLS10) reste identique et compatible aussi bien avec la nouvelle sonde LVS34 qu’avec l’ancienne LVS32. Il est donc possible, pour ceux qui possédaient déjà un système complet, de n’acheter que la nouvelle sonde.

La nouvelle sonde LVS34 est un peu plus grosse, le nombre d’éléments inclus étant en augmentation : 156 par faisceau contre 96 pour l’ancienne version. Le mode de fixation Perspective est désormais fourni de série.
Crédit photo : Michel Tarragnat

Les changements

Qu’est-ce qui change ? Tout d’abord, la sonde est différente, de format rectangulaire (l’ancienne était triangulaire) et un peu plus grosse. Le système de fixation intègre désormais en série la position du mode Perspective qui jusque-là devait faire l’objet d’un achat séparé. Le prix de la sonde est en hausse de 200€ ce qui s’explique par de meilleures performances. L’ancienne sonde reste à la vente, on aura donc le choix entre les deux, en tout cas dans un premier temps. L’ensemble des caractéristiques techniques (fréquences exploitables, couverture et portée) sont identiques entre les deux versions, même si nous allons voir que la nouvelle sonde permet, par effet de bord, une amélioration de cette portée. D’après les informations fournies par Garmin, la LVS34 apporte une meilleure résolution (détails plus fins), une discrimination (capacité à séparer deux cibles proches) améliorée de 35% et une diminution du bruit de fond (parasites). Autrement dit, une image de meilleure qualité, plus lisible, plus facile à interpréter.

Si la portée est théoriquement identique à celle de l’ancienne LVS32, la diminution des parasites permet une lecture lointaine améliorée sans pousser la sensibilité. Ici 55m devant et 30m dessous.
Crédit photo : Michel Tarragnat

Comparatif

Qu’en est-il exactement ? Il est compliqué de faire un comparatif en direct puisque cela supposerait de faire fonctionner simultanément deux sondes opérant sur les mêmes fréquences, avec de gros problèmes de parasitage. Mais utilisant le LiveScope depuis bientôt cinq ans, j’ai une bonne expérience de son rendu habituel. Mon sentiment est qu’il y a effectivement une amélioration de l’image. Les traits sont plus fins, l’effet «halo», caractéristique de cette technologie et qui peut donner un aspect empâté à l’image, est nettement atténué, même si, clairement, ce type d’effet dépend beaucoup des réglages et notamment de la sensibilité employée.

Le mode Perspective est sans doute le moins bien compris et utilisé des trois disponibles. Il doit être mis en œuvre à l’arrêt et donne une vue horizontale du fond devant le bateau, comme ici un ponton.
Crédit photo : Michel Tarragnat

Le confort d'utilisation

Une des limitations du LiveScope classique que j’ai pu rencontrer réside dans la difficulté à voir son leurre au-delà d’une certaine distance. Pour les poissons de taille correcte, pas de problème à 20-30m voire plus. Mais pour un leurre de 10cm, c’est une autre histoire et 15m étaient un maximum dans la pratique pour la pêche à vue. On était alors amené à pousser la sensibilité, ce qui améliorait la détection à distance mais produisait beaucoup de parasites (écran neigeux). Avec cette nouvelle sonde, il est clair qu’il y a une nette amélioration à ce niveau. Un petit leurre souple se distingue très bien à 20m sans augmenter la sensibilité et donc sans parasites. Le confort d’utilisation est amélioré, c’est la différence la plus nette.

Le module GLS10 (black box) est strictement identique à l’original et peut donc fonctionner avec les deux sondes. Seule une mise à jour logicielle du sondeur peut s’avérer nécessaire pour exploiter pleinement la LVS34.
Crédit photo : Michel Tarragnat

Plus loin et plus profond

En conséquence, même si les fréquences employées ne portent pas plus loin, concrètement, on peut tout de même pêcher à vue plus profondément ou à plus grande distance. En ce qui concerne la séparation des cibles, je suis moins frappé par l’amélioration annoncée. Si elle existe, ça ne saute pas réellement aux yeux. En fait, rappelons que cette séparation des cibles était déjà tout simplement très bonne avec la LVS32 puisqu’il était facile de distinguer à 15m l’émerillon d’un bas de ligne à 20cm du leurre lui-même. Donc, 35% d’amélioration, ça veut dire que là où la séparation était de 20cm, elle sera désormais de 13, deux échos séparés de 15 cm seront distincts à l’écran. C’est sans doute dans les échelles importantes, et avec un bon écran haute définition, que cette amélioration sera la plus notable.

Le mode Down est utilisé essentiellement en verticale. Si le LiveScope est capable de donner une vue détaillée des structures comme ce pont, sa vocation est l’observation des mouvements de poissons.
Crédit photo : Michel Tarragnat

Un surcoût justifié

On comprend à la lecture de ce qui précède que cette nouvelle sonde n’apporte pas une avancée révolutionnaire. Il s’agit d’une amélioration notable de l’existant mais pas d’un bouleversement majeur. La question que certains se poseront est sans doute de savoir si ça vaut la peine de changer sa LVS32 pour la LVS34 ? Autrement dit, est-ce que les améliorations apportées valent la peine de débourser 1450€, le prix de cette nouvelle sonde ? Je suis tenté de dire non mais bien sûr chacun fait ce qu’il veut de son argent. En revanche, pour quelqu’un qui s’équipe en partant de rien, le surcoût de 200€ est largement justifié par le confort et la précision apportés, et le fait que les nouvelles fixations incluent le mode Perspective. Pour une LVS32, cette fixation optionnelle coûtait 100€, de sorte que le véritable surcoût de cette nouvelle sonde n’est en réalité que de 100€. Il y a toutefois un mais : un petit défaut d’alignement ou recouvrement des faisceaux. Cela se traduit par un décalage du fond entre faisceaux en mode forward (comme une marche), et par un doublement de l’image pile à l’aplomb de la sonde en mode vertical (on voit son leurre ou un poisson deux fois). A priori, il s’agit d’un problème logiciel qui devrait donc se résoudre par une très prochaine mise à jour. L’info ayant déjà été remontée jusqu’à Garmin USA, ça devrait aller vite !

La LVS34 souffre de quelques petits défauts d’affichage comme le dédoublement de l’écho à la verticale de la sonde en verticale. D’après Garmin, ces problèmes devraient être rapidement corrigés par une prochaine mise à jour
Crédit photo : Michel Tarragnat

Fiche technique

  • Poids GLS10 : 2kg
  • Poids LVS34 : 1,02kg
  • Indice de résistance à l’eau : IPX7
  • Fréquences prises en charge : 530 - 1100kHz
  • Faisceau total : 20° x 135°
  • Portée maximum : 61m
  • Alimentation GLS10 : 10-32V
  • Consommation : 21W (58W max)
  • Puissance de transmission : 500W
  • Fusible : 7,5A
  • Câble de sonde : 6 m

PRIX PUBLICS

  • LVS34 + black box GLS10 : 2200€
  • Sonde LVS34 seule : 1450€

 

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Electronique

Magazine n°923

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15