Publicité

Edito du mois d'avril

0
0 avis
LE FEU AU LAC

 

Araser un barrage vieux d’un siècle, ça n’est pas une mince affaire ! La ministre de l’Écologie doit en effet, au moment où j’écris ces lignes, sceller définitivement le sort du lac de Vezins, à quelques encablures de la baie du Mont-Saint-Michel. Avant d’abandonner, de façon bien cavalière soit dit en passant, un ministère dont ne semblent plus faire grand cas les pouvoirs publics… On imagine la lourdeur d’un processus qui devrait permettre à la Sélune de retrouver en quelques années sa taille de jeune fille. Dans un dossier aussi complexe s’entremêlent en effet bien des considérations : pratiques, économiques, environnementales, historiques mais aussi halieutiques et sentimentales.

Les pêcheurs, dans leur grande majorité, ont soutenu avec vigueur l’effacement, soucieux de voir les saumons rejoindre leurs frayères sans encombre et le fait qu’EDF n’ait jamais fait l’effort de se mettre en conformité avec la loi sur l’eau, n’installant aucun dispositif facilitant les remontées, n’a fait qu’accentuer cette volonté d’en découdre. Rappelons que la directive cadre européenne de 2000, en établissant la notion de continuité écologique, impose d’en finir avec la segmentation des cours d’eau pour tendre vers une libre circulation des sédiments et des espèces migratrices. Lors du dernier conseil d’administration de la fédération de la Manche, quatorze élus se sont prononcés en faveur de la disparition de la retenue, un seul s’y opposant. Sans surprise, il s’agit du président de l’AAPPMA locale. Même chose en assemblée générale où, sur les vingt-six AAPPMA du département, vingt-quatre ont approuvé cette décision. Il faut dire que le saumon est roi dans la région de Ducey, ville dont il est l’emblème.

S’agissant du lac lui-même, il semble que ses eaux, envahies d’algues vertes, soient désormais de qualité médiocre. Les opposants au projet ont raison de souligner que cette pollution provient de l’amont et ne saurait être imputée à la présence de l’ouvrage. On objectera néanmoins que s’il ne la provoque pas, il la retient et la concentre. Car le lac a ses partisans, très actifs, et qui ont créé une association : Les Amis du barrage. Pour comprendre le sens de leur combat, il faut bien garder à l’esprit qu’aucun habitant de la région n’a connu la Sélune avant la mise en eau. Pêcheurs ou pas, Vezins était là avant eux et fait partie de leur histoire, de leur mémoire, de leur culture. Sa disparition, traumatisante, est cruellement ressentie, beaucoup ayant lié professionnellement leur existence à celle du lac. Certes, le projet global prévoit une remise en valeur touristique de la vallée, ce qui est la moindre des choses, mais l’inquiétude, humaine, est palpable. D’autant que le coût réel d’une véritable réhabilitation fait l’objet de bien des interrogations. Les Amis du barrage avancent aussi les risques d’inondation, ayant beau jeu de rappeler la crue historique de 1910, antérieure à la construction…

Il serait mal venu de ne pas soutenir un projet qui respecte une directive européenne allant dans le bons sens. Mais – étant moi-même très attaché à la région où j’ai choisi de vivre et à laquelle je n’apprécie guère que l’on touche trop ! –, je peux aussi comprendre le déchirement que provoque la disparition d’un lac auprès duquel des hommes et des femmes ont vécu toute leur vie.

Par le plus grand des hasards, nous avions inscrit Vezins au sommaire de ce numéro, dans nos habituelles pages tourisme, Jacques Rosen l’ayant soigneusement visité l’an passé. Son article traduit d’ailleurs l’embarras et la difficulté qu’il y a de prendre position sur un sujet aussi sensible. Choix cornélien, éternel dilemme que celui d’avoir à mettre dans la balance attachement local et intérêt collectif. Il se peut que ce reportage soit le dernier consacré à un plan d’eau que des gens aiment et fréquentent depuis toujours. Si ce devait être le cas, nous voudrions, Jacques et moi, qu’ils le considèrent comme une manière d’ultime hommage. En espérant que tous ceux qui ont milité pour l’effacement – eux aussi avec sincérité, force et conviction –, ne se soient pas fourvoyés.

 

PASCAL BACOUX

0 avis
Commenter
0
Inscription

les news

Pages

Rendez-vous

< octobre 2019 >
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
Tout voir

Facebook / rejoignez-nous !

La boutique

Newsletter

bloc-newsletter-ppo.jpg