Les sites du groupe Info6TM

Truite aux leurres : quelle action pour ma canne ?

Le développement de la pêche au leurre de la truite s’est accompagné d’une explosion du nombre de cannes proposé. Il est souvent difficile pour le pêcheur de faire un choix raisonné. Marc Delacoste nous rappelle les critères permettant de sélectionner l’action la plus adaptée à votre technique de pêche et à la taille de votre rivière.

Les avis des bons pêcheurs sont toujours intéressants. Attention toutefois aux considérations telles que « untel pêche avec cette canne et il n’en dit que du bien » ou encore « moi je préfère les actions rigides et je déteste les actions trop souples ». Il vaut évidemment mieux pêcher avec une canne qui nous plaît et nous convient, mais il ne faut jamais oublier que l’action d’une canne provient de caractéristiques mécaniques qui vont plus ou moins bien répondre à différentes contraintes de pêche. On comprend bien qu’une canne pour pêcher au leurre dur en grande rivière ne sera pas forcément adaptée pour prospecter à la cuiller en ruisseau, et vice versa. Ce sont donc bien ces contraintes ou techniques de pêche qui doivent guider le choix de l’action d’une canne au leurre.

Le ressort des cannes souple facilite toujours le lancer, mais il faut souvent trouver des compromis pour répondre aux autres contraintes posées par les types de parcours de pêche ou de leurres utilisés. 
Crédit photo : Marc Delacoste

Trois points universels

  • Performance de lancer : en considérant que le poids du leurre utilisé correspond bien à la puissance de la canne, celle-ci lance d’autant mieux et facilement que son blank se charge bas et restitue l’énergie du lancer. Les actions offrant de la souplesse sont donc de bien meilleures lanceuses que celles caractérisées par la rigidité.
  • Précision : les blanks rigides sont plus directifs que les souples et sont donc plus précis.
  • Sensibilité : la restitution de l’information transmise par la ligne est meilleure avec les actions rigides qu’avec les actions souples, qui gomment toujours une partie des sensations.

Les animations techniques des leurres durs impliquent une canne d’action suffisamment rigide pour être bien retransmise à l’autre bout de la ligne. 
Crédit photo : Marc Delacoste

Moins de ratés

À côté de ces trois grandes règles, ajoutons-en trois autres, d’ordre différent, mais tout aussi importantes !

  • Les décrochages : les truites peuvent être de véritables « filles de l’air » et se livrer à des défenses aériennes impressionnantes. C’est toujours spectaculaire et c’est une sacrée source de décrochage. Un blank souple amortit beaucoup et évite une bonne partie de ces mésaventures, à l’inverse d’un blank rigide qui les favorise.
  • L’autoferrage : selon leur comportement du jour, les truites peuvent attaquer les leurres de diverses manière. Si les manqués existent toujours, on peut constater que, d’une manière générale, les actions douces favorisent le phénomène d’auto-ferrage, alors que les actions rigides ont tendance à augmenter les manqués et les touches courtes.
  • Les animations « techniques » : certains leurres (cuiller tournante, crankbait) s’animent de façon très simple, par une simple récupération linéaire. D’autres, au contraire, demandent des animations plus techniques et saccadées (twiching, jerking), basées sur des coups de scions plus ou moins amples et énergiques. Une action rigide transmet parfaitement l’énergie des coups de scion et favorise ce type d’animation, à l’inverse d’une action souple qui absorbe une bonne partie de cette énergie, ce qui perturbe et atténue l’animation souhaitée.

Les rivières courantes et pas trop profondes nécessitent des actions rapides. Mais un peu de douceur permet d’éviter bien des décrochages avec des truites à la défense souvent aériennes. Action fast à regular-fast. 
Crédit photo : Marc Delacoste

Quel compromis ?

Vous comprendrez, à travers ce qui précède, qu’aucune action n’offre toutes les propriétés. Il faut donc nécessairement faire des choix et des compromis, en fonction des propriétés mécaniques que vous souhaitez ou plutôt que vous devez favoriser. Le choix d’une action doit donc avant tout être guidé par le type de pêche pratiquée et en fonction du parcours prospecté. L’action de la canne implique de savoir ce que l’on va en faire, c’est-à-dire comment et où on va l’utiliser. Quelques règles de base permettent de guider le choix, mais il faut aussi faire des compromis pour régler des contraintes antagonistes. Certaines peuvent se résoudre par le choix du type de corps de ligne. Avec sa très faible élasticité, la tresse permet de compenser une certaine douceur de la canne et favorise sensibilité et animation technique sans trop privilégier les décrochages si elle est couplée à une action bénéficiant d’une certaine douceur. Dans le même ordre d’idée, l’élasticité du Nylon couplée à une canne très rigide (fast ou extra-fast) produit la même compensation. Avoir deux bobines chargées de ces deux types de ligne et les utiliser au gré des besoins permet ainsi, dans une certaine mesure, de mieux s’adapter aux différents types de parcours fréquentés et de pêche pratiquée. Une fois l’action choisie, reste la question de la longueur, mais ça, c’est une autre histoire...

L’élasticité du Nylon permet de compenser une action rigide afin d’éviter trop de décrochages. 
Crédit photo : Marc Delacoste

Les grands types d’action

On peut distinguer trois grands types d’action selon l’emplacement du point de flexion de la canne. L’action parabolique ou lente (slow) fait plier la canne sur une grande longueur (environ 50%). À l’opposé, les cannes d’action de pointe ne plient que sur une petite partie (15 à 25%), d’autant plus courte qu’elles sont rapides (fast ou extra-fast). Quant aux actions progressives (regular ou moderate), elles offrent des actions intermédiaires entre les deux actions précédentes. Enfin, il existe aussi des intermédiaires entre ces actions, comme les actions progressives-rapides (regular-fast) qui offrent plus ou moins de nuances de rigidité ou de souplesse.

Ruisseau et petite rivière : action rapide (fast)

La précision est déterminante dans la pêche des ruisseaux et petites rivières. Une action rapide (fast) y est donc nécessaire pour des lancers chirurgicaux.
Crédit photo : Marc Delacoste

Pour pêcher en ruisseau ou petite rivière, aucun problème de distance de lancer, les coups étant prospectés à courte distance. En revanche, la précision est fondamentale dans ces milieux parfois encombrés où les postes sont souvent de petite taille, et où le leurre a peu d’espace et de distance pour travailler. L’attractivité du leurre se joue donc beaucoup dès son point d’impact, qui doit être ciblé « au centimètre ». Tout cela oriente donc le choix vers une canne suffisamment rigide et donc d’action rapide (fast). Elle permet en outre de mieux brider un beau poisson afin d’éviter qu’il ne s’engouffre dans une cache toujours proche dans ces petits milieux. Mais attention aux actions trop rigides, peu agréables avec des leurres très légers et qui favorisent les décrochages. Une action rapide, sans être trop rigide, est le bon compromis de même qu’une longueur assez modérée.

Cuiller tournante en rivière : action progressive (regular)

Des cannes d’actions progressives (regular) sont les plus indiquées pour favoriser l’auto-ferrage avec les animations linéaires des leurres comme les cuillers tournantes ou les crankbaits.
Crédit photo : Marc Delacoste

Une cuiller tournante s’anime essentiellement en linéaire et l’auto-ferrage est essentiel. Pas besoin d’une action rigide, au contraire ! Outre le fait d’assurer le ferrage, une action assez souple et progressive (regular) facilite les lancers sans forcer, d’un simple coup de poignet. Ceci favorise la cadence de pêche, un point important avec la pêche à la cuiller. Sans oublier qu’elle réduira les décrochages, notamment lors des chandelles et autres cabrioles que ne manqueront jamais de réaliser les farios juste après le ferrage dans les rivières pas trop profondes.

Grandes rivières et lacs : action progressive rapide (regular-fast)

Les grands milieux, comme les très grandes rivières ou les lacs, impliquent des longs lancers, que favorise une action assez souple. Mais les leurres qu’on y utilise le plus souvent nécessitent une action rapide pour bien être animée. Les actions regular fast offrent donc un bon compromis pour ces parcours.
Crédit photo : Marc Delacoste

Les lacs et les très grandes rivières nécessitent souvent des lancers longs, ce qui devrait guider le choix vers une action avec de la souplesse pour éviter de trop forcer à chaque lancer et de se fatiguer rapidement. D’un autre côté, les leurres peuvent être mis en action à des profondeurs conséquentes, ce qui nécessite une action offrant à la fois suffisamment de sensibilité et permettant de garder le contrôle dans d’importants volumes d’eau, rendant rédhibitoire les actions trop souples. De même, on utilise souvent des leurres souples dans ces milieux et plus encore des leurres durs avec des animations techniques, qui nécessitent donc une action suffisamment rigide. Pour ces différentes raisons, on choisira une canne avec une action bénéficiant d’une certaine progressivité pour les lancers, mais aussi suffisamment rigide pour permettre un bon contrôle à distance, et offrir de la sensibilité et une capacité d’animation technique. La canne idéale est une regular-fast.

Pêche au leurre dur en rivière : action rapide à très rapide (fast ou extra-fast)

Les leurres durs denses, comme les minnows coulants, nécessitent des cannes offrant une bonne rigidité. Action rapide (fast à extra-fast) indispensable.
Crédit photo : Marc Delacoste

De nombreux pêcheurs sont spécialisés dans l’utilisation de leurres durs dans des rivières moyennes à grandes. Les animations techniques sont la règle, ce qui élimine d’emblée les cannes d’action trop souples et oriente le choix vers des cannes rigides. Mais jusqu’à quel point: rapide ou très rapide (fast ou extra-fast) ? C’est la profondeur moyenne de la rivière qui peut guider le choix: l’action devra être d’autant plus rigide (et donc rapide) que la profondeur moyenne est importante et pourra à l’inverse offrir un peu plus de douceur dans les rivières courantes et peu profondes, afin de réduire les risques de décrochage.

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Leurres

Magazine n°932

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15