Les sites du groupe Info6TM

Efficacité des attractants sur le sandre : mythe ou réalité ?

Lorsque l’on aborde la question de l’utilisation des attractants et de leur influence sur la pêche du sandre, il est toujours étonnant de constater la réaction des pêcheurs. En effet, certains sont adeptes et inconditionnellement convaincus de leur efficacité. D’autres, les détracteurs, sont persuadés que cela ne sert strictement à rien ! Cette différence d’opinions légitime mérite néanmoins une approche beaucoup plus nuancée que je vous propose de parcourir, afin de mieux comprendre leur utilité.

En mer, les pêcheurs utilisent depuis très longtemps et avec succès des attractants pour attirer les prédateurs et les stimuler à se nourrir. Si les conditions entre la mer et l’eau douce sont évidemment très différentes, ce n’est pas pour autant que les carnassiers de nos lacs et rivières, et plus particulièrement les sandres, sont insensibles aux attractants puisqu’ils disposent d’un odorat et d’une perception des goûts.

Les attractants font désormais bien partie de l’arsenal du pêcheur de sandres.
Crédit photo : Benoît Degraux

Les attractants, un pouvoir attractif sans réserve

Pour répondre à la question « les attractants font-ils vraiment la différence sur les sandres ? », je dirais que même s’il est difficile de prouver qu’ils procurent toujours de meilleurs résultats, dans tous les cas on peut confirmer qu’ils augmentent le pouvoir attractif d’un leurre et qu’ils ne provoquent en aucun cas un effet répulsif sur les sandres, ce qui est le plus important à mes yeux. Pour ma part, comme ce fut le cas avec les additifs et les arômes lorsque je pratiquais la pêche au coup en compétition, je suis convaincu qu’ils jouent un rôle important et incitent les sandres à attaquer un leurre ou à mordre plus franchement. Contrairement à certaines croyances, ce phénomène ne se manifeste pas uniquement en hiver sur les pêches lentes, mais bien durant toute la saison. Lorsque les sandres se focalisent sur les appâts naturels, délaissant parfois totalement le plastique, je remarque souvent et de manière évidente que l’attractant est souvent la seule solution permettant de provoquer des touches sur les leurres souples, et cela indépendamment de la technique utilisée. Au-delà des expériences personnelles qui justifient une approche favorable à l’utilisation d’attractants, on peut surtout constater que le fonctionnement biologique des sandres apporte du crédit à celle-ci.

Un usage désormais universel.
Crédit photo : Benoît Degraux

Décrypter la méthode d’attaque des sandres

Les moyens utilisés par les sandres pour trouver leur nourriture sont multiples et coordonnés grâce à leurs différents sens. Dans un premier temps, leur ligne latérale, qui fonctionne comme un radar, leur permet de détecter de loin les mouvements et les vibrations des proies, qui dirigent leurs déplacements vers la cible potentielle. Leur vision prend ensuite le relais pour analyser le profil de la future proie (forme, taille, couleur…) et donner le signal d’attaque si tout semble normal et exempt de piège. À ce moment, il est fréquent que les sandres finalisent directement leur action par une belle attaque, notamment quand ils sont en phase d’activité soutenue face à des leurres rapidement animés. Dans ces conditions, il est évident qu’il est possible de prendre de beaux poissons sans avoir nécessairement recours à des produits attractants. Cependant, lorsque les sandres sont plus tatillons et qu’ils arrivent à proximité du leurre, la phase finale se concrétise grâce à leur odorat, qui détecte une odeur comestible ou attrayante et qui les met en confiance. Dans ce cas, il ne fait aucun doute que l’utilisation d’un attractant augmente la probabilité d’attaques. Si l’odeur est un paramètre important pour attirer les poissons et déclencher l’attaque, le goût s’avère tout aussi primordial pour garantir le maintien du leurre dans la gueule du sandre. Dans la plupart des cas, si un leurre est « boosté » avec un attractant qui n’a pas de goût, le poisson se contentera souvent de toucher le leurre du bout des lèvres sans vraiment le saisir complètement.

En verticale, l’utilisation de l’attractant est un must.
Crédit photo : Benoît Degraux

Quand et comment les utiliser

Après l’arrivée des premiers attractants sur le marché (considérés comme les produits miracles), qui avait créé un véritable engouement chez tous les pêcheurs il y a une vingtaine d’années, on peut constater que leur utilisation actuelle s’est rationalisée en fonction des pêcheurs, et surtout de la technique pratiquée. Entre un pêcheur qui pratique une pêche rapide en powerfishing sur une large zone, et un autre en linéaire ou en verticale sur un poste précis, il ne fait aucun doute que l’attractant aura un intérêt bien différent. Quasi inutile pour le premier, il s’avère en revanche beaucoup plus intéressant pour le second. Certains leurres comme le One up intègrent un attractant d’origine qui peut être reboosté avec le produit de la marque Sawamura Trump (les attractants offrent surtout un réel atout pour augmenter le pouvoir attractif des leurres « neutres » que l’on peut ainsi customiser à souhait). En linéaire, la multiplication des lancers sur une même zone permet de créer de véritables couloirs olfactifs capables d’attirer tôt au tard les sandres et d’attiser leur activité. En verticale ou en drop shot, où les sandres ont tout le temps d’analyser la présentation, l’attractant a un effet direct beaucoup plus important qui agit immédiatement sur les carnassiers qui se laissent convaincre par les odeurs « agréables » comme l’anis, qui reste une valeur sûre, ou celles qui s’assimilent à ce que les sandres ont l’habitude de consommer (vers, écrevisses, poissons, crustacés…).

Une application précise est de mise.
Crédit photo : Benoît Degraux

Huile, arôme et sel, la recette de base

Afin d’optimiser sa diffusion et son maintien sur la matière des leurres, les produits attractants sont généralement fabriqués avec une base huileuse ou graisseuse associée à un arôme et, dans la plupart du temps, à du sel qui sert d’exhausteur de goût et de stimulateur d’appétit. Ils se déclinent ainsi sous différentes textures qui permettent de les utiliser de différentes manières.

Lors des phases d’activité, l’usage de l’attractant est moins prégnant.
Crédit photo : Benoît Degraux

Attractants liquides

Les attractants liquides conditionnés en pots conviennent très bien pour recharger les leurres qui contiennent déjà un attractant, en les trempant quelques secondes ou en plaçant quelques gouttes dans les pochettes afin de les imprégner plus fortement. Personnellement, j’utilise surtout des attractants liquides à l’aide d’une burette de lubrification qui me permet de placer très précisément quelques gouttes d’attractant très concentré dans une cavité du leurre ou sur un support (textile ou mousse) placé sur le leurre. Cette méthode, qui me permet de mieux fixer les odeurs, a surtout l’avantage d’être propre et facile à mettre en œuvre en évitant le gaspillage. Je vous invite à faire un passage au rayon des carpistes, qui regorge d’huiles et d’arômes concentrés très puissants convenant particulièrement bien. Les attractants liquides en spray peuvent être utilisés pour « recharger » les leurres en les vaporisant tous les deux ou trois lancers. Une manière simple qui a toutefois l’inconvénient de provoquer une propulsion difficile à gérer en action de pêche (vent, retour de produits sur les mains ou dans le bateau…).

Disposer de produits différents permet de faire face à toutes les éventualités.
Crédit photo : Benoît Degraux

Gel attractant

Les attractants sous forme de gel conditionnés en tube, comme le fameux ProCure, sont certainement les produits qui conviennent le mieux à tous les types de supports. Ils peuvent être étalés facilement sur le corps d’un leurre, dans une cavité ou simplement au niveau de la tête du leurre. Sa texture plus épaisse et collante offre un meilleur maintien du produit, qui procure un pouvoir de diffusion plus puissant et qui dure plus longtemps. Contrairement aux attractants liquides qui s’utilisent exclusivement pour booster les leurres souples, le gel procure l’avantage de pouvoir être appliqué sur tous les types de leurres. On peut ainsi renforcer le pouvoir attractif d’un poisson nageur jerkbait ou d’un leurre métallique animé sous le bateau. Des produits comme l’attractant Illex Nitro Booster Cream apportent une touche supplémentaire avec de la couleur et des paillettes qui renforcent l’attrait visuel.

L’attractant revêt des formes différentes
Crédit photo : Benoît Degraux

Un accessoire poreux pour fixer

Dans tous les cas, les leurres souples et plus encore les leurres durs sont composés d’une matière non poreuse ne pouvant pas absorber en profondeur les attractants, qui se diluent et finissent par disparaître sous l’effet de l’eau. La vieille astuce qui consiste à fixer un bout de laine ou une matière en fibre absorbante sur le montage reste évidemment une excellente solution pour mieux figer les odeurs. Cela peut se réaliser très simplement en insérant un morceau de tissu entre la tête plombée et le leurre, ou en l’enfilant sur l’hameçon jig. Grâce à un petit emporte-pièce, un morceau de mousse utilisé pour faire flotter les bouillettes peut être placé dans le corps du leurre et recevoir quelques gouttes d’attractant ou du gel. Pour le choix des goûts, on peut dire que si l’odeur de l’anis plaît aux pêcheurs comme aux poissons, certaines peuvent nous paraître infâmes alors qu’elles s’avèrent souvent les plus attrayantes pour les sandres. Cette perception très divergente entre les hommes et les poissons ne doit pas nous faire tomber dans le piège de choisir exclusivement des goûts qui nous paraissent agréables. Par conséquent, il est nécessaire d’avoir un ensemble de plusieurs attractants à tester sur l’eau, afin de voir celui qui fonctionne le mieux. Veillez à ne pas utiliser des attractants différents sur le même leurre, même chose pour le trempage auquel il est nécessaire de bien séparer le conditionnement en utilisant des sachets hermétiques différents pour chaque odeur. Après avoir essayé une flopée de produits différents avec des résultats variés depuis de longues années, j’utilise désormais quelques produits choisis sur base de leur récurrence d’efficacité, de la facilité de mise en œuvre, de la qualité du conditionnement (voir encadré).

Liste non exhaustive d'attractants

Attractants en gel :

  1. Pro-Cure Trophy Walleye
  2. Pro-Cure Anis
  3. llex Nitro Booster Cream Anis
  4. Illex Nitro Booster Cream & Spray Crawfish

Attractants liquides : 

  1. Attractant maison « Crustacé »
  2. Attractant maison « Concombre » (odeur éperlan)
  3. Sawamura Trump

Un support textile favorise une imprégnation durable.
Crédit photo : Benoît Degraux

Préparez le support pour un résultat optimal

En général, les leurres souples achetés dans le commerce sont recouverts d’une pellicule d’huile utilisée pour faciliter le démoulage lors de la production. Cette fine couche grasse empêche d’appliquer correctement le gel sur le leurre avec la conséquence qu’il ne tient pas très longtemps. Pour remédier à cela, n’hésitez pas à les laver à l’eau tiède avec du savon neutre avant de les faire sécher sur un papier absorbant. Il suffit ensuite de placer une dizaine de leurres dans un sachet muni d’une fermeture hermétique et d’y ajouter un peu d’attractant en malaxant l’ensemble. Après quelques heures, vous disposerez d’une pochette de leurres prêts à aborder la pêche.

Ici, le support pour recevoir l’attractant est un morceau de mousse devant le nez du leurre
Crédit photo : Benoît Degraux

Gare à la maladresse !

Si les produits attractants peuvent vous apporter plus de touches et de poissons, ils peuvent cependant littéralement vous pourrir la journée si vous en renversez sur la moquette du bateau ou la manche de votre veste. Croyez-moi, une odeur à base de « worm » ou « crawfish » fixée sur votre textile peut franchement devenir très désagréable, voire insupportable ! En action de pêche, veillez à ne pas laisser vos gels attractants en plein soleil pour éviter qu’ils deviennent plus liquides et donc difficiles à utiliser. Pour le stockage entre vos parties de pêche, la solution la plus « safe » consiste à les placer dans une boîte compartimentée étanche. Les attractants offrent incontestablement une réelle opportunité pour activer le comportement des sandres et les mettre en confiance. Pouvoir prendre quelques poissons quand la situation est désespérée, provoquer des touches plus franches dans des conditions difficiles et tromper la vigilance des gros poissons sont des arguments qui me confortent largement dans l’utilisation des attractants. Si l’évolution de la pêche et la mode ne placent plus les attractants au premier plan, je peux vous assurer qu’ils restent très efficaces et incontournables parmi les moyens utilisés pour réussir une belle pêche de sandres.

Des touches franches qui permettent des ferrages réussis.
Crédit photo : Benoît Degraux

 

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Brochets, Sandres, Perches

Magazine n°Brochet Sandre Magazine n°125

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15