Les sites du groupe Info6TM

Les aberrations des règlements

Crédit photo Olivier Wimmer

La compétition obéit à des règlements qui ont beaucoup changé au fil du temps. Pour quels résultats au final, le nombre de participants ne cessant de baisser tandis que toutes les épreuves dites open attirent de plus en plus de monde ?

La pêche au coup de compétition s’est diversifiée. Grande canne, anglaise, bolognaise, feeder, milieu naturel, carpodrome, chaque discipline obéit à ses propres règlements. Mais toutes ces restrictions et spécialisations –technique exclusive, distance de pêche bornée, appâts limités voire interdits, etc.– ne risquent-elles pas de freiner les imaginations et de conduire à des pratiques totalement stéréotypées ? À une époque pas si lointaine, les grandes cannes pouvaient mesurer 14,50 m, 16 m voire plus. Les prix atteignaient des sommets et, même si c’était efficace, le confort de pêche n’y était pas toujours. Pour stopper cette inflation et garder à la compétition son côté populaire, une limite a été fixée par la fédération internationale, à 13 m, adoptée par presque tous les pays, sauf l’Angleterre. Autre argument avancé : favoriser le moulinet pour les pêches à distance. C’était sans doute la bonne décision même si le prix des grandes cannes n’a pas vraiment baissé. Dans le même temps, les concours mixtes (canne et moulinet) ne sont toujours pas systématiques, ce qui est vraiment très regrettable. Pire, il arrive que les cannes soient limitées à 11,50 m et que le moulinet soit interdit !

Les règlements des épreuves organisées sous l’égide de la FFPS sont en général calqués sur le règlement international
Crédit photo : Olivier Wimmer

Les appâts

Les quantités d’appâts vivants, pour l’amorce ou l’hameçon, sont également limitées. Le fouillis de vers de vase s’est retrouvé dans le collimateur des instances dirigeantes. Quand les pêcheurs le récoltaient eux-mêmes, certains en abusaient. Avec le temps, le fouillis s’est fait plus rare, son tarif a grimpé et le couperet est tombé. Et ces limitations ont touché toutes les catégories d’esches vivantes, selon des barèmes approximatifs, élaborés en fonction des parcours. Pour les mêmes raisons, lutter contre les abus, mais avec la même conséquence : la triche. Aujourd’hui, à l’ère de la coupelle et du feeder, les pêcheurs pratiquent une pêche plus réfléchie, parfois même millimétrée. L’époque du « plus on en met, plus on prend ! » est révolue. Néanmoins, limitations drastiques et interdictions parfois aberrantes sont monnaie courante. La fédération, plutôt large dans ses consignes, laisse la main aux organisateurs. Mais tous ne font pas preuve de bon sens. Comment construire un coup sur plusieurs heures avec un demi-litre d’appâts tout compris ? Symbolique a été l’apparition des fameuses boîtes mesures officielles dans lesquelles tout doit entrer et forcément, il faut faire des choix. Un demi-litre de fouillis, un quart de pinkies, un huitième d’asticots, un huitième de vers de terre permettent d’obtenir un litre, par exemple. Mais si, en cours de pêche, l’agrainage se met à fonctionner, s’il faut changer de pêche, que les vers à couper sont le truc du moment, eh bien c’est trop tard !

Pour les quantités d’amorce autorisées, nombreux sont les pêcheurs à se plaindre du manque de souplesse qui ne leur offre pas la possibilité de s’adapter en cours d’épreuve.
Crédit photo : Olivier Wimmer

Les quantités d'amorce

Pour l’amorce, côté volume, on calque les limitations sur le type de parcours: 20l en rivière, 15 en canal, etc. Normal d’éviter l’excès mais si, en cours de pêche, un peu plus de terre semble profitable, qu’on n’a pas préparé un mélange plus léger pour petits poissons et que les gros boudent, on est coincés ici aussi ! Autre exemple assez incompréhensible : les pellets, interdits dans le circuit classique alors qu’on peut par ailleurs les moudre et les mélanger à l’amorce. Allez comprendre ! Priver les champions d’un appât aussi redoutable qu’économique, utilisable pur, mélangé à l’amorce ou frondé, est parfaitement ridicule. Dans les concours dominicaux, le nombre de participants n’a aujourd’hui plus rien à voir avec celui d’il y a dix ans. Davantage de liberté devrait accompagner l’évolution de la pêche au coup contemporaine. Le succès du feeder est parlant. Des épreuves dites open ou libres, organisées par des indépendants ou de grandes marques, se sont multipliées ces dernières années. Y cohabitent grande canne, anglaise et parfois feeder. Aucune limitation, ni d’esches, ni d’amorce, ni de technique ce qui ne génère pas spécialement d’abus. Les bénévoles mobilisés ne perdent pas un temps fou à contrôler. En résulte davantage de convivialité. Les scores et le succès populaire parlent d’eux-mêmes. Personne ne tombe dans l’exagération et tout le monde peut se prémunir de toutes les armes nécessaires. Certains ne souhaitent pas mélanger pêches au flotteur et au feeder, cela peut s’entendre. Mais au même titre que les carpodromes, il faut aujourd’hui compter avec l’arsenal des pêcheurs au coup. À ses débuts, la pêche à l’anglaise était montrée du doigt, et elle l’est encore parfois aujourd’hui ! Il n’était pas question de l’autoriser simultanément à la grande canne. Mais nombreux s’y sont mis et avec des résultats, tout comme le feeder aujourd’hui. Avec le succès des carpodromes et du feeder, nombre d’organisateurs s’affranchissent des directives de la fédération car la demande des pêcheurs est devenue de plus en plus forte.

Impossible avec certains règlements de disposer d’une telle diversité d’esches.
Crédit photo : Olivier Wimmer

Les carpodromes

Les carpodromes privés comptent aujourd’hui pour beaucoup dans l’offre halieutique. Chaque plan d’eau est différent et les gestionnaires ont à cœur d’y exploiter un maximum de postes. En découle une réglementation propre à chacun. Le moulinet y est le plus souvent proscrit pour éviter que des pêcheurs croisent leur montage, vu la petite taille de ces plans d’eau. Mais, non content de limiter les cannes à 13 voire 11,50 m, la longueur de la ligne l’est aussi parfois, ce qui est largement incompréhensible…

Comme l’anglaise en son temps, le feeder a un peu bousculé les choses. Des épreuves spécifiques sont désormais dédiées à cette belle approche.
Crédit photo : Olivier Wimmer

Un drôle d'argument

Raison invoquée, comme pour le moulinet, le fait qu’un poisson puisse facilement gagner le poste voisin, tous étant tellement serrés. De mon point de vue, l’argument ne tient pas. Il est possible d’augmenter le diamètre de l’élastique et celui du nylon. Or, on le sait bien, les poissons éduqués se tiennent souvent hors de portée des grandes cannes… allez donc trouver un peu de logique ici !

Que dit la FFPS ?

Nous avons bien sûr interrogé Jean-Luc Quernec, en charge de la pêche au coup à la FFPS (voir encadré). Nous l’avons trouvé plutôt ouvert à une certaine libéralisation même si on peut toujours trouver dans les règlements de la fédération quelques aberrations comme l’interdiction des pellets hors carpodromes et, pour les épreuves feeder, de la fronde et des montages autoferrants.

L'avis de Jean-Luc Quernec, vice-président de la FFPS Eau douce

« Le règlement national est en fait calqué sur l’international pour que ceux qui ont des ambitions se familiarisent avec les limitations et pratiquent une pêche mixte. Pour 3h, la règle est 15l d’amorce et 2l d’esches. Pour 4h, on passe à 20 et 2,5l. Les organisateurs de championnats et de concours estampillés FFPS peuvent moduler pour permettre de construire plusieurs coups. Pour les cannes, la norme c’est 13m mais nous militons pour que le moulinet soit systématiquement autorisé, surtout si les cannes sont limitées à 11,50m. Pour les carpodromes, la longueur des bannières n’est jamais limitée en championnat. Pour le feeder, le method feeder, banni à l’international, est autorisé. De plus en plus, on va voir apparaître des épreuves communes avec des secteurs séparés dédiés canne ou feeder. Pour nous, il n’est pas question que des règlements trop restrictifs nous privent de pêcheurs qui voudraient se lancer. Il faut faire évoluer sans brusquer. Le succès des grosses épreuves libres, qui n’épousent pas le règlement FFPS, est en fait assez compréhensible. Organisées aux périodes propices, elles sont attractives. Lors de l’élaboration de notre calendrier national, nous sommes attentifs à ce que nos championnats ne les télescopent pas. »

L'avis de Darren Cox, ancien internatiponal anglais

« Combiner grande canne, anglaise, feeder est la norme en Angleterre. Le feeder n’est qu’un autre coup à construire et à exploiter de manière ultra précise. Cela permet d’aborder quelques rivières puissantes, de très grands lacs ou des canaux très profonds moins exploitables au flotteur. Pour des matchs de cinq heures, cela offre des tas d’options. La longueur des cannes n’est pas limitée, ce qui permet de pêcher avec une précision extrême au ras d’obstacles, bien plus précisément qu’avec un waggler ou un feeder. Les coûts d’importation du fouillis, interdit aujourd’hui, ayant explosé, nous avions de toute façon appris à maîtriser d’autres appâts aussi attractifs et autrement sélectifs. Il n’y a pas de limitations à part celle-là. Car ce serait vraiment dommage de se priver d’une belle bourriche en raison de l’absence de tel ou tel appât. »

L’avis de Mickaël Hackenys, vainqueur de la finale Feeder Tech 2022

« Dans le nord de la France, canne et moulinet cohabitent rarement. Les premières fois où j’ai sorti une anglaise puis une canne feeder, aux côtés de pêcheurs à la canne, ceux-ci m’ont affirmé qu’il n’y avait pas de grosses brèmes dans nos canaux. J’ai prouvé le contraire avant d’être accusé d’empêcher les poissons de rentrer au bord ! Dans nos carpodromes, le moulinet est interdit. Or, il y a des tas de plans d’eau où cela permettrait de tirer son épingle du jeu. La longueur des cannes y est souvent limitée à 11,50 m, idem pour celle de la bannière ce qui proscrit la franglaise ou le renard. Pire, non content d’avoir interdit l’amorce, on commence à nous interdire la fronde. Sur certains parcours, c’est l’asticot (hormis sur l’hameçon) qui est prohibé ! Certains postes sont condamnés, comme les pêches de surface, impossibles à réaliser. Par conséquent, tout le monde pratique de la même façon, sous le scion : pellets ou maïs et mini-coupelle. En fait, je crois bien qu’on régresse ! »

 

 

"Pour recevoir chaque semaine toutes les actus de la pêche, nos concours, nos bons plans, nos sorties vidéos, nos articles gratuits et bien plus encore... inscrivez-vous vite à notre Newsletter !"

Je m’inscris à la newsletter

Coup

Magazine n°921

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15